Pourquoi les Amish sont protégés de l’asthme ?

Pourquoi les Amish sont protégés de l’asthme ?

Aux Etats-Unis, la communauté traditionnelle amish est largement protégée contre l’asthme, révèle une étude.

Leur système immunitaire est renforcé par des microbes issus des vaches laitières.

Afficher l'image d'origine

La poussière que respirent les Amish, une communauté religieuse présente surtout en Amérique du Nord, protège de l’asthme. Telle est la conclusion surprenante d’une récente étude publiée dans le New England Journal of Medicine. Les chercheurs savent de longue date qu’un environnement rural – comme celui dans lequel évolue cette communauté au mode de vie traditionnel – joue un rôle protecteur en renforçant en permanence le système immunitaire. Mais cette nouvelle étude va plus loin.

Elle a en effet comparé deux communautés chrétiennes anabaptiste ayant une ascendance – et donc des gènes – germanique commune : les Amish de l’état d’Indiana et les Huttérites du Dakota du Sud, toutes deux issues du Tyrol au XVIe siècle. Deux groupes d’une trentaine d’enfants âgés de 7 à 14 ans ont été suivis. Résultat : seuls 5% des Amish souffraient d’asthme contre 21% pour les Huttérites (soit aucun enfant dans le groupe amish contre six dans le groupe huttérite). Les chercheurs se sont alors intéressés de plus près à leurs modes de vie respectifs qui, pour être très proches, n’en sont pas moins différents.

Pourra-t-on un jour prévenir l’asthme ?

Si les premiers vivent en effet sur des fermes laitières et utilisent encore des chevaux pour les travaux des champs, les seconds ont recours à des outils agricoles modernes pour l’exploitation de leurs terres et sont donc moins en contact direct avec les animaux. Les poussières présentes dans leurs habitations sont également différentes, celles des Amish étant plus riches en productions microbiennes selon l’étude. Elles contiendraient notamment des microbes issus des vaches laitières. Et c’est précisément l’exposition à ce – ou ces – germe(s) encore inconnus qui renforcerait le système immunitaire. Les tests sanguins menés ensuite sur les enfants ont montré que le sang du groupe Amish était ainsi plus riche que celui des Huttérites en neutrophiles, des cellules de défense face aux infections. Il était en revanche plus pauvre en éosinophiles, des cellules impliquées dans des réactions allergiques.

Pour retrouver l’article dans son intégralité : www.sciencesetavenir.fr

Mis à jour le 25/08/2016