protéger

Comment protéger nos enfants de la pollution?

Des conseils pratiques ont été dispensés à quelque 200 personnes lors de la conférence-débat organisée à la mairie.

Ils partent en croisade contre la pollution intérieure et extérieure. Tirent la sonnette d’alarme sur les enjeux de santé publique à Paris. Veulent protéger les Parisiens les plus fragiles, notamment les enfants. Ce jeudi soir, médecins, scientifiques, ingénieurs, institutionnels et élus se sont mobilisés alors que la pollution à Paris se fait de plus en plus menaçante.

La mairie du XIIIe, avec la Fondation du souffle, proposait dans sa salle des mariages une conférence débat ouverte à tous – conférence qui a fédéré près de 200 personnes. Parmi eux, Stéphane, un habitant du XIIIe, père de famille, venu avec sa fille de 5 ans. «Aux deux derniers pics de pollution, mon fils de deux ans a déclenché des bronchiolites. On a sorti la ventoline».

>> A lire aussi: Pollution et malbouffe, les enfants en danger

Bruno Housset, l’un des grands spécialistes, médecin chef de service de pneumologie à l’hopital de Créteil (Val-de-Marne) et président de la Fondation du souffle – fondation qui se donne «comme mission d’informer, de prévenir les maladies respiratoires, d’aider les patients en difficultés et de contribuer à la recherche sur ces maladies de l’environnement», précise le médecin – a fait une présentation sur les insuffisances respiratoires. D’autres spécialistes se sont succédé comme Adeline Fennières, médecin, chef de service hospitalier en maladies respiratoires, chef de service de PMI (Protection maternelle et infantile) qui a précisé les directives prises dans les crèches comme la disparition des produits polluants.

>> A lire aussi: Pollution, se calfeutrer chez soi ne sert souvent à rien 

Au-delà du décryptage du fléau et du jargon (« particules fines, allergènes», etc.) des conseils pratiques en direction des Parisiens comme bien ventiler les appartements, ont été apportés. Et des questions dans le public : «En cas de pic de pollution, faut-il vraiment aérer les appartements ? Vaut-il mieux rester chez soi ?»… Entre deux maux (pollution interne ou particules externes), pas toujours facile en effet de savoir comment se protéger. Une piste avancée par les médecins : aérer son intérieur le matin, avant le premier déferlement d’automobilistes…

>> Soutenez la Recherche sur la pollution atmosphérique 


Pour consulter l’article en intégralité: www.leparisien.fr

Mis à jour le 10/01/2017