fbpx
asthme

ASTHME et URGENCES : Les enjeux d’une meilleure prise en charge et de suivi du patient asthmatique

Crise d’Asthme aigu : la reconnaître et la traiter en urgence… aux Urgences !

L’asthme est une maladie respiratoire chronique due à une inflammation permanente des bronches qui se manifeste par des crises, caractérisées par des épisodes de gêne respiratoire (essoufflement), de respiration sifflante, de toux sèche ou de sensation d’oppression dans la poitrine. L’asthme aigu grave est une crise inhabituellement intense susceptible de mettre la vie en danger. Il peut avoir un début brutal ou faire suite à l’évolution défavorable d’une exacerbation, c’est-à-dire une période d’aggravation sur plusieurs jours. L’asthme aigu grave est lié à une très forte réactivité des bronches, qui entraîne leur obstruction : l’air ne passe plus, ce qui entraîne un effort intense, pour inspirer et pour expirer, sans réussir à respirer efficacement.

 

Qui est concerné ?

Tous les asthmatiques, quel que soit le degré de sévérité de leur asthme seront confrontés à un moment de leurvie à une crise d’asthme aigu et pourront avoir recours aux Urgences. Ces passages aux Urgences induisent beaucoup d’angoisse chez le malade et son entourage et un coût social considérable.

 

Comment reconnaitre un asthme aigu grave ?

Une crise d’asthme sévère s’accompagne de signes repérables : perçue comme inhabituelle, le patient éprouve une grande difficulté à respirer (respiration rapide et courte, espace entre les côtes et au-dessus des clavicules qui se creuse) et observe une résistance au traitement habituel. Ses lèvres et ses ongles bleuissent, il peut avoirdes difficultés à parler ou à marcher pouvant aller jusqu’à la confusion et à la perte de connaissance.

 

Quel comportement adopter en cas de crise ?

Le patient doit prendre immédiatement 2 bouffées de son bronchodilatateur, s’asseoir droit, rester calme et essayer de respirer lentement et régulièrement.  S’il ne voit pas d’amélioration, il devra reprendre 2 bouffées de son bronchodilatateur. (Si la crise persiste : jusqu’à 10 bouffées toutes les 20 minutes (3 fois en 1 heure) pour l’adulte et l’adolescent, jusqu’à 5 bouffées toutes les 20 minutes (3 fois en 1 heure) pour l’enfant de – de 6 ans). S’il n’y a pas d’amélioration rapide (dans l’heure), prendre le corticoïde prescrit par le médecin, appeler le 15 ou le 112 et continuer à prendre ses bronchodilatateurs.

 

Aux Urgences

Le patient doit être mis obligatoirement sous cortisone. En fonction du degré de sévérité, le personnel médical mettra en place un traitement adapté basé sur l’oxygénothérapie, la corticothérapie, un bronchodilatateur. Le suivi du patient dès les Urgences et à l’issue de son passage aux Urgences est l’objet de ce dossier.

 


Pour consulter le contenu en intégralité : cliquez ici