fbpx
expériences

Retours d’expériences : le témoignage d’une maman, Laurence Meyer

Retours d’expériences

page8image3316789632page8image3316789904page8image3316790496page8image3316790832page8image3316791424page8image3316791696page8image3316791968page8image3316792624page8image3316792896

Le témoignage d’une maman, Laurence Meyer

 

« Pour que cela n’arrive plus ! »

 

En mémoire de David, mort d’une crise d’asthme à 27 ans……
David, que l’on surnommait Dove, est né en 1979, et décédé en 2006. Cela ne fait que 27 ans de vie, ce n’est pas beaucoup ! Comme son asthme était connu depuis longtemps, il avait avec lui l’ensemble des produitslui permettant de mener une vie normale : rugby, ski, natation, tennis, aucun sport ne lui était interdit. Avantcette journée du 5 juillet 2006, David n’avait jamais eu de crise sévère. Aucun signe particulier ce jour-là,sauf une atmosphère d’été particulièrement caniculaire, assortie d’une pollution intense. David venait de déménager et, avant de s’installer, il était revenu dans la maison familiale. Voici l’enchainement des faits, tels que moi, Laurence, sa mère, les a vécus… Ils se sont produits il y a bientôt 11 années mais ils restent aussi présents dans ma mémoire que si c’était hier. Une heure au plus s’est écoulée entre l’appel que j’ai passé à Marc, médecin et ami d’enfance, et le décès de David.

 

Le drame s’est joué en 3 actes :

 

1. Appel de Laurence à Marc : « j’ai quitté la maison ce matin. David déménage et il est venu passer la nuit à la maison, il a soulevé beaucoup de vieux trucs poussiéreux et je trouve qu’il respire mal. Il a appeléSOS médecins. Peux-tu l’appeler ? »
Marc appelle David :

  • –  Comment te sens-tu ?
  • –  Bof, ça va, répond David (au téléphone Marc entend cependant que ça ne va pas, la voix est

    essoufflée).

  • –  Peux-tu m’appeler quand le médecin sera là ?
  • –  Il vient de partir…
  • –  Que t’a- t-il dit ?
  • –  D’augmenter la dose de Vento.

–  OK, respire tranquillement.

 

Fin du premier acte !

2. Quelques minutes plus tard, voyant que la situation de David se dégradait, Marc comprend que lediagnostic d’asthme aigu grave semble plus que probable.

Marc appelle immédiatement Laurence :

  • –  C’est urgent, cela ressemble bien à un asthme aigu grave, il faut aller aux Urgences immédiatement. L’hôpital est à 10 mn de chez toi.
  • –  OK je fonce à la maison pour l’emmener aux Urgences répond Laurence.

 

 

Fin du 2ème acte : perte de temps et décision non adaptée : la seule chose à faire aurait dû être d’appelerle SAMU.

 

3. Laurence subit des embouteillages pour aller chercher David, perte de 30 mn au moins avantd’arriver à la maison, l’état clinique s’est aggravé, David monte dans la voiture et nous fonçons vers l’hôpital. Sur le trajet, en passant devant les pompiers, je décide un arrêt en urgence car la respirationdevient de plus en plus difficile : mais les pompiers sont dans l’incapacité de prodiguer les soins car il n’ya pas de réanimateur chez eux, ni de matériel. Appel au SAMU qui arrive une quinzaine de minutes plustard : c’est trop tard, irrémédiablement trop tard.

 

Chacun, en lisant ces lignes, comprend l’enclenchement de la tragédie qui se noue. A posteriori, c’est à chaque acte que l’on a envie de hurler stop ! Rembobinez ! Si on avait fait entrer le SAMU au premier acte,voire au 2ème acte, peut être que l’issue aurait été différente ? Vous qui lisez ces lignes retenez bien ceci : la crise d’asthme sévère est une urgence vitale. Tout retard de traitement majore le risque de décès de minutes en minutes. C’est en mémoire de David que j’ai décidé de créer l’association Dove United, une association qui lui permetd’être toujours présent dans nos cœurs et de générer des fonds pour en aider d’autres.

 

Son combat aujourd’hui

 

Depuis la disparition de son fils, Laurence Meyer ne cesse de poursuivre son combat : sauver le plus de vies possibles en parvenant à toucher les 4 millions d’asthmatiques en France, ainsi que leurs proches. « Je ne pouvais pas rester les bras ballants ! dit celle qui ne cesse de répéter que « cette pathologie ne doit pas être prise à la légère et peut être extrêmement grave avec des conséquences douloureuses ».

 

Le thème « Asthme et Urgences » retenu cette année pour la journée mondiale et la semaine de l’asthme résonne avec une intensité particulière pour elle qui n’a justement pas pu les atteindre, victime d’un engrenage à l’issue fatale : mauvais diagnostic, retard au traitement, prise en charge personnelle pour atteindre les Urgences, arrivée à la caserne des pompiers non équipée pour parer à la crise d’asthme aigu grave.

 

« Le fait que les urgentistes s’associent cette année aux pneumologues est extrêmement encourageant car celamontre que les choses avancent » déclare Laurence Meyer qui martèle ce qui relève de l’évidence : « les appels au 15 émis par des personnes atteintes de crise d’asthme doivent être des priorités ! »

 

Continuant son combat, Laurence Meyer et son association Dove United ont créé des outils pratiques pour rappeler aux asthmatiques les mesures à prendre en cas de crise sévère et les 5 règles à suivre. Derniere en date, une application mobile qui sera lancée à l’occasion de la Journée de l’asthme 2018 pour aider lespersonnes asthmatiques et, particulièrement les adolescents, à suivre leur traitement et trouver rapidement,en cas d’urgence, les lieux de prise en charge. Plus d’informations sur les outils mis en place dans la partie.

 


 

Pour consulter le dossier de presse en intégralité : Dossier de presse