fbpx
cancer du poumon

Cancer du poumon : les femmes seraient plus vulnérables

Encore moins nombreuses, les fumeuses ont plus de risque de développer un cancer du poumon que leurs homologues masculins.

Les hommes et les femmes ne sont pas égaux face au cancer du poumon. C’est en tout cas ce que suggère une étude publiée fin mai dans le New England Journal of Medicine. Selon les chercheurs américains, le nombre de nouveaux cas du cancer du poumon a diminué chez les hommes et les femmes âgés de 30 à 54 ans, au cours des 20 dernières années. Mais cette baisse, liée sans conteste à la diminution du tabagisme, a été beaucoup plus abrupte chez les hommes.

« Les femmes vont inhaler plus de toxiques que les hommes pour obtenir le niveau de nicotine dont elles ont besoin » selon Ivan Berlin, pharmacologue à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière

Résultat, chez les femmes caucasiennes et hispaniques nées à partir du milieu des années 1960, l’incidence du cancer du poumon dépasse désormais celle des hommes. Pourtant, si la proportion de fumeuses a largement augmenté dans la population, elle n’a jamais dépassé celle des fumeurs. « De plus, le nombre moyen de cigarettes fumées par jour continue d’être moins élevé chez les femmes », notent les auteurs de l’étude. La quantité de cigarettes fumées ne semble cependant pas un bon critère pour comparer les risques liés au tabagisme. «Lorsqu’on fait les tests de dépendance, comme celui de Fagerström, les femmes ont le même niveau de dépendance que les hommes pour une quantité de cigarettes fumées inférieure. Cela signifie qu’elles vont inhaler plus de toxiques que les hommes pour obtenir le niveau de nicotine dont elles ont besoin», explique le docteur Ivan Berlin, pharmacologue à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris et secrétaire général de la Société française de tabacologie.

 


Pour consulter l’article en intégralité : www.sante.lefigaro.fr

Mis à jour le 12 juin 2018