vignettes

Vignettes anti-pollution : déjà 1,4 million de commandes

dans Pollution de l'air

Vignettes anti-pollution : déjà 1,4 million de commandes

« À ce rythme nous devrions dépasser les quatre millions de véhicules équipés au mois de mars », s’est félicitée la ministre de l’Environnement. »

« De 200.000 vignettes commandées au 1er décembre, on est passés à 1,4 million aujourd’hui », assure Ségolène Royal jeudi, alors que celles-ci seront obligatoires à Paris à partir du 16 janvier.

Les vignettes anti-pollution « Crit’Air » pour véhicules ont déjà été commandées à 1,4 million d’exemplaires, a révélé jeudi la ministre de l’Environnement Ségolène Royal, en saluant une « prise de conscience citoyenne ».

Circulation différenciée. Ces vignettes, à coller sur un pare-brise de voiture ou une fourche de moto, seront obligatoires à Paris à partir du 16 janvier et Ségolène Royal a indiqué avoir demandé aux préfets de généraliser par arrêtés les règles de « circulation différenciée » d’ici au 7 avril. Par opposition à la circulation alternée, elle sera fondée non sur les plaques d’immatriculation mais sur le niveau de pollution homologué des véhicules, identifié par ces pastilles de six couleurs différentes. En cas d’épisode de pollution, et selon sa gravité, les véhicules les plus polluants auront interdiction de circuler.

40.000 commandes par jour. Ségolène Royal a noté une « forte accélération » des commandes de vignettes depuis la fin novembre. « De 200.000 vignettes commandées au 1er décembre, on est passés à 1,4 million aujourd’hui. On est sur une moyenne de 40.000 commandes par jour, et donc à ce rythme nous devrions dépasser les quatre millions de véhicules équipés au mois de mars », s’est-elle félicitée.

Coût : 4,18 euros. Évoquant la pollution atmosphérique, la ministre s’est dite persuadée qu' »il y a une prise de conscience citoyenne, industrielle, sur la nécessité de lutter contre ce grand fléau pour la santé publique ». Les vignettes vont du véhicule électrique à la voiture ou utilitaire léger immatriculés jusqu’en 1997, ou au camion immatriculé jusqu’en 2001. D’un coût de 4,18 euros, elles peuvent être obtenues sur www.certificat-air.gouv.fr. Ségolène Royal a demandé aux vendeurs de voitures neuves de les livrer équipées de cette vignette: « C’est la moindre des choses. »

5046850_6_7359_tableau-des-certificats-qualite-de-l-air_7cdd5c53abc6ce38cf1302bc91512d48

Des particuliers, mais pas que. Si la majorité des commandes proviennent des particuliers, 340.000 ont été demandées pour des flottes d’entreprises, a indiqué Ségolène Royal, en évoquant en particulier La Poste, qui opère la plus importante flotte électrique de France et a commandé 48.000 vignettes.

15.000 primes déjà attribuées. La ministre, qui a remis jeudi à une conductrice parisienne le millionième certificat Crit’Air, a vanté les mesures prises par les pouvoirs publics afin d’améliorer la qualité de l’air, notamment le « super-bonus » portant à 10.000 euros l’incitation à acheter un véhicule électrique, contre la mise au rebut d’un vieux diesel. Ces primes, qui viennent d’être étendues aux utilitaires, ont déjà été attribuées à 15.000 reprises, a relevé Ségolène Royal, qui a appelé les Français à en profiter. Cette prime « ne va pas durer (…) peut-être qu’elle n’existera plus l’année prochaine », a-t-elle prévenu.

>> A lire aussi: à Paris, la pollution tue par milliers


Pour consulter l’article en intégralité: www.europe1.fr

Mis à jour le 10/01/2017