france

Pollution de l’air : l’Europe menace la France

dans Pollution de l'air

La Commission européenne lance un dernier avertissement à cinq pays dont la France.

Ils ont deux mois pour agir contre la pollution de l’air sous peine de se voir infliger des sanctions financières.

Les chiffres avaient fait grand bruit en juin dernier. Santé publique France évaluait ainsi à 48 000 le nombre de décès anticipés à cause de la pollution atmosphérique. Aujourd’hui, c’est au tour de l’Europe de monter au créneau en dénonçant plus de 400.000 mort dans l’ensemble de l’Union européenne en raison de la mauvaise qualité de l’air. Elle vient donc d‘adresser un dernier avertissement à la France, l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie et au Royaume-Uni. «Ces pays n’ont pas remédié aux infractions répétées aux limites en matière de pollution atmosphérique fixées pour le dioxyde d’azote (NO 2). La pollution par le NO 2 constitue une grave menace pour la santé. La plupart des émissions proviennent de la circulation routière» précise le communiqué de la Commission européenne.

Si la France n’est pas tout à fait la pire avec 19 zones concernées dont Paris, Marseille et Lyon, elle arrive juste en deuxième position derrière l’Allemagne (28 zones concernées) et devant le Royaume-Uni (16 zones), l’Italie (12) et l’Espagne (3).

LIRE AUSSI >> pollution, il faut des mesures à la hauteur de l’urgence 

Deux mois pour prendre des mesures assez drastiques

L’Europe cite plusieurs types de mesures à mettre en place pour réduire les émissions polluantes. Parmi elles, la réduction du volume global du trafic routier, le passage aux voitures électriques et/ou l’adaptation du comportement des conducteurs. Elle insiste également sur la nécessité de réduire les émissions des véhicules à moteur diesel. Des mesures qui doivent être assez drastiques. Des villes comme Londres ou Milan sont ainsi dans le collimateur de l’Europe alors même que des péages destinés à agir sur la pollution de l’air ont déjà été installés il y a plusieurs années à leurs portes.

«Si les États membres n’agissent pas dans un délai de deux mois», l’Europe prévient qu’elle «pourrait décider de saisir la Cour de justice de l’UE» (CJUE), dernier stade des procédures d’infraction ouvertes contre ces cinq pays. Quand la Cour estime qu’un pays est en infraction, ce dernier doit se conformer à la législation visée. S’il ne le fait pas, un deuxième renvoi devant la Cour est possible, avec de possibles sanctions financières à la clé.

LIRE AUSSI >> la pollution c’est comme l’amiante, un scandale ! 


Pour consulter l’article en intégralité: www.lefigaro.fr

Mis à jour le 16/02/2017