bpco

BPCO : et si la cause provenait de l’asthme ?

La survenue d’une BPCO est certes en grande partie liée à la consommation de tabac tout au long de la vie et le sevrage de la cigarette reste primordial. Cependant, les connaissances et les recherches de spécialistes mènent à d’autres pistes. L’asthme, cette maladie qui se traduit par une hyper-réactivité bronchique à certaines stimulations telles que le contact allergique, le froid, le tabac, la pollution atmosphérique, pourrait être incriminé dans la survenue d’une BPCO.

 

A l’occasion d’une session francophone du congrès de l’European Respiratory Society, entre le 15 et 19 septembre dernier, les Prs Jocelyn Just  (pédiatre allergologue, hôpital Trousseau, Paris) et Chantal Raherison-Semjen (pneumologue, CHU Bordeaux) se sont accordées pour confirmer que «  quel que soit l’endroit du globe, est que le lieu de vie avant l’âge de cinq ans est déterminant ». Vivre à la ferme durant la petite enfance aurait un effet protecteurs sur les maladies telles que la rhinite allergique, l’hyperréactivité bronchique ou encore l’asthme.
Inversement, l’étude montre que les enfants à risque de développer un asthme persistant à l’âge adulte sont ceux ayant été confronté à des infections respiratoires importantes ou à des expositions au tabac avant l’âge de 5 ans. En effet, la trajectoire de la fonction respiratoire est déterminée très tôt dans la vie et peut être altérée plus ou moins précocement. Parmi les facteurs de risques d’altération de la fonction respiratoire, on retrouve l’asthme maternel, l’asthme actif chez le jeune adulte ou encore les infections à VRS.

 

” Le risque de ces asthme qui persiste est le passage à la BPCO” explique le Pr Just. Beaucoup d’épidémiologistes pensent que la BPCO à l’âge adulte prend ses origines dans l’enfance. Quand on voit ces enfants qui ont eu des pathologies respiratoires sérieuses se mettre à fumer à l’adolescence, on peut anticiper la survenue ultérieure d’une BPCO. Le tabac ne suffit plus à expliquer le déclin de la fonction respiratoire, il est essentiel de dépister et de traiter précocement des formes d’obstruction bronchiques constatées préalablement chez l’enfant.

 

Repérer ces enfants, traiter leurs allergies, mettre en route des biothérapies plus précocement, beaucoup de choses restent à faire pour tenter de rectifier la trajectoire de la fonction respiratoire et ne pas l’altérer davantage.

 

 


Pour consulter l’étude en intégralité : BPCO, la faute à l’asthme ?

Mis à jour le vendredi 12 octobre 2018