BPCO et pollution de l’air : les résultats de l’étude du CHU d’Amiens

bpco pollution

BPCO et pollution de l’air : les résultats de l’étude du CHU d’Amiens

Le Centre hospitalier universitaire d’Amiens a mené une étude sur l’agglomération d’Amiens, conjointement avec l’Atmo Hauts-de-France.

L’ETUDE

Cette étude visait à analyser l’impact de la pollution de l’air sur les patients souffrant de broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO). Cette maladie est particulièrement présente dans les Hauts-de-France où le taux d’hospitalisation et de mortalité lié à cette maladie est supérieur de 20 % à la moyenne nationale.

Menée tout au long de l’année 2017, cette enquête a porté sur 168 patients atteints de la BPCO et qui se sont rendus aux urgences.

LES RÉSULTATS

Les résultats de cette étude mettent en exergue la corrélation entre les pics de pollution et les arrivées aux urgences de patients atteints de la BPCO.

Le département a enregistré trois pics de consultation (fin janvier, début février et mi-juin).

Pour les mois de janvier et février, ces pics de consultation intervenaient 3 à 5 jours après le début d’un pic de pollution par des particules fines. En ce qui concerne le mois de juin, c’est un pic d’ozone qui concernait la région à ce moment-là.

Différents types de polluants étaient pris en compte pour cette étude :

  • Particules
  • Dioxyde d’azote
  • Ozone
  • Pollens
  • Nuisances olfactives

D’autres facteurs aggravants ont également été relevés par cette enquête, mais de moindre importance comparés à la pollution ; il s’agit de la présence de pollens et du virus de la grippe.

LA SUITE

Les chercheurs espèrent que les résultats de leur enquête permettront de pousser davantage les pouvoirs publics à agir pour une meilleure qualité de l’air.

Mis à jour le 15/01/2019