tabagisme passif enfants

Tabagisme passif et enfants : ce que l’on sait en termes de risques sanitaires

Les fœtus et les enfants sont les premières victimes du tabagisme passif. Explications d’experts.

Les conséquences les plus graves du tabagisme passif concernent les enfants, pour plusieurs raisons. Le point sur les connaissances actuelles avec le Dr Luc Réfabert, pneumo-allergologue pédiatre et tabacologue à l’hôpital Necker.

“Les effets du tabagisme passif sur les voies respiratoires hautes et basses de l’enfant sont bien démontrés. C’est un polluant qui irrite les bronches ». Les enfants exposés au tabagisme passif ont ainsi un plus grand risque d’infections respiratoires telles que la bronchite et la pneumonie mais aussi un risque supérieur de rhino-pharyngites et d’otites. Le risque d’otites récidivantes est augmenté de 50 % chez un enfant dont les deux parents fument. Le tabagisme passif est aussi un facteur déclenchant de crises d’asthme. Il en augmente la fréquence et l’intensité. Enfin, il aurait comme conséquences une diminution faible mais significative du développement du poumon (diminution du volume expiré maximal par seconde en fin de croissance) et un risque accru de cancers de l’enfant. Récemment, des racines pédiatriques de la BPCO ont été suggérées“

Un effet moins connu du tabagisme passif chez les enfants bien démontré maintenant est la prédisposition à l’addiction au tabac. Celle-ci est la porte ouverte à l’addiction à d’autres drogues, en particulier la cocaïne. C’est pour cette raison qu’il faut éviter de “vapoter avec des cigarettes électroniques contenant de la nicotine en présence des enfants. « En termes d’exposition à la nicotine, c’est probablement la même chose que pour les cigarettes. Les règles que l’on se fixe avec les cigarettes doivent être les mêmes avec les cigarettes électroniques » rappelle le Dr Luc Réfabert.

Mis à jour le 30 janvier 2019