pollution métro

TRANSPORTS EN COMMUN : Le point sur la pollution dans le métro

Une enquête menée par Le Parisien révèle des niveaux de pollution bien plus élevés dans le métro qu’à l’extérieur.

L’enquête

L’équipe du Parisien s’est rendue dans le métro de Paris pour effectuer ses propres mesures alors que la qualité de l’air était assez bonne ce jour-là (5 microgrammes par mètre cube de particules PM2,5 comparé à environ 15 microgrammes habituellement).

Leur constat est sans appel même si les mesures varient selon les stations. A la station La Défense, les niveaux sont jusqu’à 30 fois plus élevés qu’à l’extérieur. Cet article rappelle que la RATP a elle-même identifié des niveaux de particules fines allant jusqu’à 200 microgrammes par mètre cube à la station Châtelet alors même que l’Union européenne fixe le seuil de pollution à 25 microgrammes par mètre cube et que les experts jugent ce seuil trop élevé (voir notre article sur le sujet).

Agir face à la pollution dans le métro

Face aux inquiétudes concernant les usagers mais aussi les agents, la RATP a décidé d’agir et un plan d’investissement de 45 milliards d’euros mettant en place des mesures d’innovation afin d’assainir l’air du métro a été annoncé. De plus, sachez que la RATP diffuse en ligne les niveaux de pollution dans les stations de Châtelet, Auber et Franklin Roosevelt.

Comme le rappelle le Pr Buno Housset, Président de la Fondation du Souffle et pneumologue, si l’on souhaite encourager l’utilisation des transports en commun pour réduire la pollution de l’air extérieur, il faut assainir l’air que l’on y respire !

Mis à jour le 15 mars 2019