Pneumothorax

ZOOM SUR LE PNEUMOTHORAX

ZOOM SUR LE PNEUMOTHORAX

Qu’est-ce qu’un pneumothorax ?

Le pneumothorax est un décollement de la plèvre. Chaque poumon est enveloppé d’une enveloppe mince, la plèvre (plèvre viscérale) qui tapisse également l’intérieur de la cage thoracique sur les côtes (plèvre pariétale). La cavité pleurale est l’espace virtuel entre ces deux feuillets. La plèvre ne contient pas d’air. L’irruption d’air dans cette cavité provoque une rétraction du poumon voire une compression : c’est le pneumothorax. Le pneumothorax peut être de petite taille, seul le sommet du poumon est alors décollé de la paroi, où il peut être complet, ce qui signifie que le poumon est complètement décollé.

Trois types de pneumothorax

Il existe trois types de pneumothorax : le pneumothorax spontané primaire qui survient sur un poumon considéré comme ‘normal’, le pneumothorax traumatique (traumatisme thoracique) ou iatrogène (effet indésirable d’un geste médical comme une ponction d’épanchement pleural ou une ventilation mécanique) et le pneumothorax spontané secondaire sur un poumon « anormal » en cas d’emphysème (le plus souvent), d’asthme (plus rarement), de certaines infections pulmonaires (pneumocystoses, tuberculose…), de pathologies pulmonaires interstitielles (histiocytose X, sarcoïdose, fibrose pulmonaire idiopathique…), plus rarement un cancer bronchique. « Les maladies pulmonaires sous-jacentes les plus fréquentes à l’origine d’un pneumothorax sont l’emphysème, une infection comme la tuberculose ou des séquelles de tuberculose, la pneumocystose » informe le Dr Anne-Marie Ruppert, pneumologue et responsable de l’Unité de tabacologie de l’hôpital Tenon (Paris).

Le pneumothorax spontané primitif survient plus souvent chez des hommes que les femmes (incidence 18-28/100 000 habitants vs 1,2-6/100 000), plutôt jeunes, entre 15 et 34 ans. Il est rarement lié à la rupture d’une petite zone anormale de la surface du poumon (bulles, blebs) mais plutôt à une ‘porosité’ de celle-ci (élastofibrose) qui entraîne l’entrée d’air dans la cavité pleurale à l’occasion d’un événement déclenchant. La consommation de tabac est le principal facteur de risque du pneumothorax primitif.

Facteurs de risque des pneumothorax spontané primaire

« Les facteurs de risque identifiés des pneumothorax primitifs sont un physique longiligne, les variations de pression atmosphérique et le tabagisme » indique le Dr Anne-Marie Ruppert.

Zoom tabagisme et pneumothorax

La consommation de tabac et de cannabis au cours des pneumothorax spontanés primitifs. Les explications du Dr. Anne-Marie Ruppert.

Quels sont les risques pour un fumeur de faire un pneumothorax ?

Dr Anne-Marie Ruppert : « Le tabagisme est un facteur clairement démontré de survenue et de récidive de pneumothorax. Le tabagisme est associé à un risque relatif de faire un premier épisode de pneumothorax spontané́ primitif de 22 chez l’homme et 9 chez la femme.

Dans une étude faite en chirurgie thoracique à Tenon, nous avons constaté que 85% des jeunes hospitalisés pour un pneumothorax étaient fumeurs et que la moitié d’entre eux étaient également des consommateurs réguliers de cannabis. L’analyse du scanner thoracique a permis de montrer plus d’emphysème chez des patients fumeurs de tabac et cannabis comparé aux fumeurs de tabac seul. Le rôle de la fumée de cannabis  dans la survenue de pneumothorax est suspecté, mais pas démontré. Même s’il est difficile de prouver au cours d’études un effet délétère du cannabis sur le poumon, l’association des deux est bien constatée. »

Pourquoi le tabagisme est-il un facteur de risque de pneumothorax ?

Dr Anne-Marie Ruppert : « La fumée est toxique pour le poumon. L’hypothèse est que la consommation de tabac et de cannabis entraînent de l’emphysème qui ne se voit pas au scanner dans un stade pré-clinique. En plus, le fait de consommer du cannabis est un facteur associé à l’échec de l’arrêt du tabac. Or l’arrêt du tabac est impératif pour prévenir le risque de récidive de pneumothorax. »

Pour retrouver notre numéro 95 de la Lettre du Souffle en intégralité, cliquez ici !

Et pour retrouver tous nos articles, c’est par ici !

Mis à jour le 14/08/2019