Tabac

ZOOM SUR LE TABAC

ZOOM SUR LE TABAC

En France, il y a environ 33 % de fumeurs réguliers. Les deux modes de consommation privilégiés par les fumeurs sont la cigarette en grande majorité, puis la chicha.

Ce qui est surtout toxique dans le tabac, ce sont les composants chimiques. Il y en a environ 4 000 dont 400 très toxiques. Certes, le tabac est une plante mais certaines plantes sont toxiques et c’est le cas du tabac.

C’est pourquoi de nombreuses maladies peuvent être liées au tabac :

  • Les cancers broncho-pulmonaires (dans 90 % des cas, ils sont dus au tabac)
  • La BPCO (dans 90 % des cas, la broncho-pneumopathie chronique obstructive est liée au tabac. Cette maladie cause environ 17 000 morts par an)
  • Les cancers de la vessie car les goudrons présents dans les composants chimiques du tabac passent dans le sang puis dans l’urine
  • Les cancers ORL
  • Les cancers du col de l’utérus
  • Les cancers du rein
  • Les accidents cardio-vasculaires dont le tabac est la 1e cause de décès évitable
  • L’hypertension artérielle

Environ 17 types de cancers différents sont indubitablement dus au tabac. Si le tabac ne cause pas les maladies, il les aggrave.

 

LE SEVRAGE

 

Il est toujours bénéfique d’arrêter de fumeur, même à 75 ans. Mais plus on commence tôt, plus on est addict et plus on fume longtemps, plus on est exposé aux risques.

Arrêter de fumer n’est pas qu’une volonté, il y a une réelle addiction. C’est la raison pour laquelle différentes méthodes existent :

  • Substituts nicotiniques (patchs, gommes, cigarette électronique)
  • Accompagnement (par un professionnel de santé, accompagnement téléphonique (Tabac Info Service, 39 89)
  • Acupuncture, hypnose (ces méthodes ne sont pas encore recommandées mais elles sont parfois efficaces et sans effet secondaire)

Maintenant, le remboursement des substituts nicotiniques a été porté à 150 € par an par personne sur ordonnance. L’achat de substituts nicotiniques est possible dès l’âge de 15 ans.

 

Est-il mieux d’arrêter progressivement ou brutalement ?

 

Il n’y a pas de risque à procéder à un arrêt brutal. Une diminution progressive de sa consommation de tabac permet également de s’accoutumer aux substituts nicotiniques. La capacité de s’arrêter pendant 4 semaines augmente de 50 % la chance d’arrêter totalement.

 

Retrouvez tous nos articles en cliquant ici !

Mis à jour le 14/08/2019