La dilatation des bronches (DDB) : vers une meilleure connaissance et reconnaissance

La dilatation des bronches (DDB) : vers une meilleure connaissance et reconnaissance

La dilatation des bronches est une maladie sous-diagnostiquée et assez peu explorée. Jusqu’à présent, peu d’études de grande ampleur ont été réalisées au niveau mondial et la prévalence est mal connue, tout comme les complications et l’évolution des dilatations des bronches hormis celles dues à la mucoviscidose.

Définition et fréquence

Les dilatations des bronches (ou bronchectasies) sont des maladies respiratoires chroniques. Elles correspondent à une dilatation permanente et irréversible du calibre d’une ou de plusieurs bronches dont les fonctions sont altérées. Les bronchectasies peuvent être focales (touchant un seul lobe pulmonaire) ou diffuses (touchant au moins deux lobes pulmonaires).

C’est une maladie fréquente touchant davantage les femmes et dont la prévalence est estimée à 500 pour 100 000 habitants.

Les symptômes des bronchectasies

Les symptômes ne sont pas très spécifiques : les personnes ayant des bronchectasies présentent une toux, accompagnée d’expectorations (crachat de mucus) avec souvent des épisodes infectieux à répétition. Les crachats sont purulents et parfois hémoptoïques (présence de sang) lors des épisodes de surinfection. Autres symptômes possibles : un essoufflement, une gêne thoracique, une fatigue.

Diagnostic

Orienté par les symptômes classiques, le diagnostic de DDB repose sur le scanner thoracique.

Principales causes des DDB

Les causes des DDB sont très nombreuses : maladies infectieuses (ex : infections virales ou bactériennes sévères ou répétées dans l’enfance), toxiques ou allergiques. Elles comprennent aussi des maladies génétiques (comme la mucoviscidose), systémiques ou auto-immunes (comme la polyarthrite rhumatoïde ou la maladie de Crohn).

Traitement

Le traitement des bronchiectasies dépend essentiellement de leur étiologie.

Le traitement comporte pour tous les malades de la kinésithérapie respiratoire pour améliorer le drainage bronchique et prévenir les infections. La prise en continu de certains antibiotiques de la classe des macrolides (notamment azithromycine ou érythromycine) peut diminuer la fréquence des exacerbations.

Les bronchodilatateurs vont être utilisés chez les personnes présentant un trouble respiratoire obstructif et une dyspnée ; les corticoïdes inhalés chez ceux ayant un trouble respiratoire obstructif réversible ou une symptomatologie d’asthme.

Enfin, la chirurgie ne se discute que dans les formes localisées de DDB.

Recherche

Elle est essentielle en particulier pour identifier de nouveaux traitements par voie inhalée et avec une activité anti-inflammatoire adaptée.

Pour en savoir plus, consultez la Lettre du Souffle consacrée à la DDB :