Les tumeurs secondaires

Le traitement consiste à réaliser :

– une ponction pour évacuer le liquide.
– une introduction de talc par thoracoscopie pour tenter de tarir l’épanchement.
– un traitement de la tumeur primitive.

Les tumeurs métastatiques 

Elles on une évolution presque constamment défavorable et traduisent la dissémination du cancer primitif. Cependant, les progrès dans la prise en charge de certaines tumeurs malignes (sein, ovaire, testicule, lymphomes, en particulier) rendent aujourd’hui possibles des longues remissions, voir des guérisons.

Le mésothéliome

Le mésothéliome évolue vers un envahissement douloureux des plèvres, plus ou moins vite. L’évolution spontanée est, en général, défavorable, bien que des longues survies puissent être observées, même en l’absence de traitements spécifiques. Il n’y a pas de traitement reconnu constamment efficace, mais l’association d’une chimiothérapie classique (sel de platine) avec des drogues plus récemment développées (anti-métabolites) semble améliorer significativement la survie à long terme. Des cas extrêmement sélectionnés peuvent aussi relever d’un traitement chirurgical. Néanmoins la prévention des risques d’exposition à l’amiante reste la mesure essentielle pour réduire la mortalité due au mésothéliome.


Mis à jour le 3 avril 2017