>Du donneur au receveur

En France chacun est considéré comme un donneur d’organes potentiel, à moins d’avoir exprimé son opposition : c’est le consentement présumé.
Un registre national des refus existe pour ceux qui ne souhaitent pas de prélèvement d’organes. Conformément à la loi, quand une personne décède à l’hôpital et que le prélèvement d’organes est possible l’équipe médicale doit interroger obligatoirement la famille, afin de vérifier que ses proches ne sont pas opposés au don d’organes.
Du témoignage des proches qui a une valeur légale, dépend le prélèvement. La carte de donneur, elle, n’a pas de valeur légale mais elle peut aider à engager le dialogue avec les proches. En cas de réponses positives, l’équipe médicale informe l’Agence de Biomédecine de la disponibilité d’un ou plusieurs greffons. Les organes sont prélevés et acheminés aux centres de transplantations du ou des receveurs.

>La répartition des greffons

Tous les patients nécessitant une greffe sont inscrits sur une liste d’attente. Celle-ci est gérée par l’Agence de la Biomédecine, organisme public ayant repris les missions de l’établissement Français des Greffes. L’inscription sur cette liste s’effectue par l’intermédiaire du centre de greffe dans lequel un malade est suivi. Elle permet ensuite l’attribution des greffons en fonction des critères géographiques (greffons proposés d’abord au niveau local, puis régional puis national), cliniques (personne dont la vie est menacée à court terme), mais aussi de l’âge du patient (les enfants de moins de 16 ans étant prioritaires).

>La carte du donneur d’organes

Lorsque l’on est favorable au don d’organes après sa mort, on peut prendre sa carte de donneur. Celle-ci, indiquant le nom, le prénom, l’âge du donneur potentiel, mentionne :
« Je décide de faire don, après ma mort d’éléments de mon corps (organes, tissus) en vue d’une greffe. Je témoigne de cette décision en portant une carte sur moi ».

A noter : il est également possible de faire part de sa volonté sur papier libre, à conserver également sur soi. Il ne faut pas oublier d’informer ses proches de cette décision afin qu’ils ne l’apprennent pas à un moment très douloureux.

Pour obtenir une carte il suffit d’en faire la demande gratuitement auprès de :
– L’Agence de biomédecine
http://www.efg.sante.fr/fr/pub/documentation-commandedoc.asp

– L’association France Adot
http://www.france-adot.org/demande-carte-donneur.php

Mis à jour le 24 Septembre 2014