“Je suis gréffé monopulmonaire gauche depuis avril 2007. Atteint d’une maladie génétique, j’ai fait un coma lié à cette maladie en 2004. J’ai repoussé cette opération le temps que j’ai pu tenir. Au bout de trois ans sous oxygène, j’ai refait un bilan avant d’être greffé. La greffe s’est bien déroulée malgré un rejet aigu un mois après, traité en 15 jours. Maintenant je revis. Depuis mars 2008, je suis conseiller municipal de ma commune. Je suis également président d’une association qui organise des concerts avec de l’information sur le don d’organes. J’ai une vie bien remplie depuis ma greffe ! »
Christophe, 40 ans

« Je suis atteinte de mucoviscidose. Il y a 4 ans que j’ai été greffée des deux poumons. J’avais 11 ans à l’époque, j’allais tellement mal, je ne pouvais presque plus marcher, faire 50 mètres était une vraie épreuve. Les quelques mois avant la greffe, j’étais toujours à l’hôpital. Et quand je pouvais rentrer chez moi, je n’y restais qu’une semaine ou deux mais j’étais dans un tel état que je ne pouvais rien faire ou presque. Les derniers temps, le simple fait de respirer me fatiguait… J’ai alors été mise sur liste d’attente pour une greffe. J’ai eu de la chance, je n’ai attendu que 9 jours. Un soir, le téléphone a sonné. Ils avaient trouvé des poumons pour moi. Tout est allé très vite. J’ai fait une radio et une prise de sang puis la greffe a duré 8 heures. Après la greffe j’ai été prise en charge aux soins intensifs pendant 48 heures. Ils m’ont désintubée et la première chose que j’ai dite : « j’ai trop d’air ». Je suis restée une semaine en soins intensifs et après je suis restée 3 semaines environs dans le service de pédiatrie. Depuis tout va bien. Je suis à 70% de ma capacité pulmonaire. J’ai encore 2 heures de kiné par jour environ pour éviter que je m’encombre. Je prends des médicaments antirejet. Il faut que chacun ait une carte de donneur d’organes sur lui, car accepter de donner ses organes après son décès permet de sauver plusieurs personnes. »
Julie, 15 ans

Mis à jour le 24 Septembre 2014