“La recherche s’organise autour de 2 grands axes.

Le premier est la recherche des causes, environnementales ou génétiques. Il y a des particularités au niveau génétique qui peuvent favoriser ou au contraire rendre peu probable la survenue d’une sarcoïdose. On commence à avoir quelques idées sur la question. Cette recherche est en plein essor.
Le deuxième axe concerne les progrès pathogènes : les lymphocytes T régulateurs sont des cellules dont il vient d’être montré l’importance pour ne pas développer de maladies auto-immunes. Ces lymphocytes T régulateurs sont très augmentés au cours d’une sarcoïdose. Il y a donc une réaction de l’organisme pour contrôler l’intensité de la maladie ainsi que sa durée. Cela pourrait expliquer que certains malades développent ou pas la maladie, de façon plus ou moins grave.”

ASGB

Mis à jour le 24 Septembre 2014