Cette pathologie se présente sous des aspects très divers. Certains patients font une unique poussée, puis guérissent. Les poumons sont souvent atteints mais la sarcoïdose peut toucher tous les organes. Yeux (uvéites), reins et peau par exemple. La maladie s’accompagne d’abattement et d’une grande fatigue, voire de douleurs musculaires et articulaires. Le diagnostic est difficile à poser.

Symptômes généraux :

– Sentiment de malaise général
– Fatigue chronique
– Perte d’appétit et parfois de poids
– Parfois présence de fièvre
– Sueurs nocturnes

Symptômes liés à l’atteinte d’une région particulière :

• Atteintes pulmonaires :
Les signes de la sarcoïdose médiastino-pulmonaire sont rares. S’ils existent, ils se présentent sous la forme d’une dyspnée d’effort et d’une toux sèche. Une toux persistante est un symptôme fréquent (30% des cas). Plus rarement, la présence de sibilances est associée à une atteinte bronchique marquée, responsable d’un syndrome ventilatoire obstructif. Les râles crépitants sont notés dans 15% des cas avec atteinte pulmonaire radiographique.

• Atteintes cutanées :
Lésions spécifiques observées dans 10 à 35% des cas. Ce sont des sarcoïdes (nodule de la peau constitué par un infiltrat de cellules conjonctives particulières et de cellules lymphoïdes, qui rappelle celui du nodule tuberculeux) à petits ou gros nodules. Elles sont surtout présentes sur la face et au thorax. D’autres lésions cutanées peuvent exister : érythème noueux (nouures fermes, douloureuses, siégeant le plus souvent dans les régions prétibiales et aux genoux par exemple) ; lupus pernio : lésions en placards rouges ou violacés de la face.

• Atteintes oculaires :
Décrites dans 20 à 40% des cas. Il s’agit le plus souvent d’uvéites antérieures (inflammation de l’uvée : partie de l’œil comprenant la choroïde, le corps ciliaire et l’iris). D’autres manifestations oculaires sont possibles mais plus rares.

• Atteintes neurologiques :
Représentent 3 à 5% des observations. Il peut s’agir d’une atteinte des nerfs crâniens avec notamment une paralysie faciale ; une atteinte du nerf optique ou de la 8ème paire cranienne. Il peut aussi s’agir d’atteintes du système nerveux central.

• Adénopathies :
Elles sont présentes dans un tiers des cas, en particulier dans les aires cervicales basses, sus-claviculaires, épitrochléennes (au niveau du coude).

• Atteintes cardiaques :
Les manifestations cliniques sont rares mais l’électrocardiogramme est en général perturbé.

• Atteintes rénales :
Souvent des complications dues à des troubles du métabolisme du calcium : lithiases rénales, néphro-calcinose ou pyélonéphrite.

• Atteintes hépato-spléniques :
Il existe une hépatomégalie (augmentation du volume du foie) dans 10% des cas, une splénomégalie (augmentation du volume de la rate) dans 15% des cas.

• Atteintes ostéo-articulaires :
Des arthralgies de type inflammatoire ont été décrites. L’atteinte osseuse est rare mais possible.

• Atteintes gastro-intestinales :
Elles sont exceptionnelles. Elles peuvent être responsables de syndromes douloureux abdominaux et d’hémorragie entre autres. Les localisations du côlon et de l’intestin grêle sont exceptionnelles.

• Atteintes endocriniennes :
L’expression clinique endocrinienne la plus fréquente est le diabète insipide. La thyroïde peut également être atteinte.

• Atteinte salivaire :
Tuméfaction des glandes salivaires (parotide, sous-maxillite) et lacrymales (syndrome sec) formant le syndrome de Mikulicz.

• Autres atteintes possibles :
Tous les organes peuvent être atteints par le processus granulomateux (ORL : l’atteinte nasosinusienne est observée chez 2 à 18% des patients; musculaire..).

Mis à jour le 24 Septembre 2014