• Que fait la silice sur les poumons ?

La silice a un pouvoir de destruction du poumon et peut déterminer une fibrose pulmonaire (destruction irréversible du poumon), même avec l’arrêt de l’exposition professionnelle. Les particules de silice (bioxyde de silice) sont en partie épurées par nos moyens de défense.

Néanmoins, lorsque l’exposition à la silice est intense et se prolonge, ces moyens de défense sont débordés et les particules de silice restant dans le poumon sont responsables d’une réaction inflammatoire. Autour de ces particules de silice se forment des nodules fibro-hyalins.

L’évolution peut se faire progressivement par la suite vers la fibrose pulmonaire, qui s’installe en quelques mois dans les formes très sévères (suraiguës), ou sur plusieurs années.

  • Quelles conséquences cliniques pour le patient ?

Le patient présentera une toux, une expectoration matinale, puis un essoufflement qui va s’aggraver progressivement. Le patient silicosé aura plus de risque de faire une tuberculose, de cracher du sang, de faire un pneumothorax (présence anormale d’air dans la plèvre), ou de présenter des infections respiratoires à répétition.

Le stade évolué de la maladie s’accompagne d’une insuffisance respiratoire. Le poumon ne peut plus assurer les besoins en oxygène de l’organisme. La radiographie et le scanner du poumon ainsi que la mesure de la fonction respiratoire et des gaz du sang font partie du suivi de ces patients.

Mis à jour le 24 Septembre 2014