Le Radon

Le Radon est un gaz radioactif d’origine naturelle, issu de la désintégration de composants radioactifs de l’écorce terrestre, incolore et inodore, présent sur toute la surface de la terre, il est à l’origine de maladies respiratoires.

radon

L’uranium, présent naturellement dans l’écorce terrestre, se transforme en nouveaux éléments radioactifs : les descendants ou produits de filiation.

Le radon 222, descendant de l’uranium 238, représente plus de 90% du risque de l’exposition pour l’homme.

Formé dans le sous-sol, il diffuse par les fissures et est essentiellement véhiculé par l’air, un peu par l’eau sous forme dissoute. Le radon sous forme gazeuse n’interagit pas directement avec l’organisme.
L’irradiation est la conséquence de ses descendants solides : émetteurs alpha.
Les rayonnements alpha émis, peu pénétrants, irradient les cellules les plus sensibles des bronches. Ce phénomène peut induire le développement d’un cancer broncho pulmonaire.

Mis à jour le 24 Septembre 2014

Le radon, une pollution extérieure…

A l’extérieur, l’exposition au radon ne pose pas de problème car le gaz se dilue dans les courants aériens et à une décroissance d’activité radioactive assez rapide (demi vie de 3,8j).

radon

Par contre, dans les espaces confinés (comme les mines souterraines), la concentration du radon peut atteindre des valeurs dangereuses.

Les études épidémiologiques chez les mineurs d’uranium ont montré le risque de cancer du poumon lié au radon.

La prévention repose sur la ventilation des galeries souterraines.

…mais surtout une pollution intérieure.

Dans les habitations, le radon peut s’infiltrer à partir du sous sol, notamment:

  • à travers les planchers en béton fissuré, les sols en terre battue,
  • en suivant les joints et les canalisations provenant du sous-sol.

Les matériaux de construction (granit, pierres volcaniques), ainsi que l’eau des puits profonds, peuvent également libérer du radon.

radon

L’emplacement, la position de la maison par rapport aux vents dominants et une ventilation inefficace sont des paramètres plus importants que la source naturelle de radon.

Mis à jour le 24 Septembre 2014

Niveaux de surveillance

L’Institut de Protection et de Sûreté Nucléaire (IPSN) a mesuré la concentration de radon dans les habitations en France.

radon

La moyenne est de 66 Bq m-3, avec des valeurs plus élevées dans les régions à sous-sols granitiques : Limousin, Massif Central et Bretagne.

L’Union Européenne précise que les habitations neuves doivent être conçues afin d’obtenir une concentration moyenne de radon annuelle inférieure à 200 Bq m-3.

Si la valeur moyenne dépasse 400 Bq m-3, il faut mettre en œuvre des mesures simples : ventiler les pièces en ouvrant les fenêtres, voire ventilation mécanique et rendre étanches les sous-sols et vides sanitaires. Le radon est un gaz lourd, tendant à se concentrer dans les zones basses, notamment les caves, vides sanitaires et pièces directement en contact avec le sol. La ventilation doit concerner en priorité ces zones en contact avec le sol.

Le radon est un cancérogène, facteur du développement du cancer du poumon, responsable de 1200 à 2900 cas par an en France. Cependant le tabagisme reste le principal facteur de risque du cancer bronchique. Fumer un paquet de cigarette par jour pendant toute une vie correspond à vivre dans une atmosphère contenant 3000 Bq m-3 de radon.

Le tabac et le radon ont un effet multiplicatif, le risque de cancer lié au radon serait 3 fois plus élevé chez les fumeurs.

Mis à jour le 24 Septembre 2014 

Sources et documentations

Merci au Docteur Gilles DIXSAUT, auteur de ce texte.

Références bibliographiques :

– Tirmarche, M., Evaluation par l’épidémiologie du risque de cancer lié à l’inhalation de radon. In : Metivier H, Robé M-C., Le radon de l’environnement à l’homme. Paris, EDP Sciences, 1998, 107-24.
– National Academy of Sciences, National Research Council, Biological Effects of Ionizing Radiations, chap.VI : Health Effects of Exposure to Indoor Radon, Washington, DC, National Academy Press, 1998.
– Melloni B., Vergnenègre A., Lagrange P., Bonnaud M., Radon et Exposition domestique, Rev. Mal.Respir. 2000, 17(6), 1061-71.

Liens vers d’autres sites :
– Agence Américaine pour la Protection de l’Environnement

Lettre du Souffle :

Téléchargez la Lettre du Souffle N°64

radon

Mis à jour le 24 Septembre 2014