La bronchite chronique est une inflammation des bronches, provoquant toux et crachats pendant au moins 3 mois par an depuis plus de 2 années successives

Un fumeur sur deux est atteint d’une bronchite chronique. La plupart n’en ont pas conscience.

Pourquoi ?

Car les signes de la bronchite chronique sont presque anodins : “tousser et cracher” sont souvent considérés comme normaux pour les fumeurs. Pourtant, ils peuvent être avant-coureurs d’une maladie grave et évolutive, la BPCO (bronchopneumopathie chronique obstructive).

Comment s’explique-t-elle ?

L’irritation des bronches par le tabac entraîne une inflammation.

L’inflammation se traduit par 

Un afflux de globules blancs et d’œdème qui épaississent la paroi des bronches et une production excessive de mucus par les glandes bronchiques. La sécrétion de mucus permet normalement de piéger les impuretés respirées. Les cils vibratiles qui recouvrent la paroi des bronches font remonter ces sécrétions pour en débarrasser l’appareil respiratoire. Or, la fumée de tabac paralyse et détruit ces cils. Comme la sécrétion de mucus est plus importante, le mucus s’évacue mal et encombre le conduit bronchique. Ceci facilite l’infection des bronches et aggrave encore leur inflammation.

A terme, une BPCO ?

Avec les années, les conduits bronchiques à parois épaisses et altérées risquent de laisser de moins en moins bien passer l’air et empêcher de plus en plus l’oxygène d’atteindre les alvéoles (zone des échanges gazeux). C’est la BPCO. A terme, l’organisme peut finir par manquer d’oxygène. C’est l’insuffisance respiratoire.


Mis à jour le 3 avril 2017