RISQUES DU TABAGISME PASSIF : un pneumologue vous informe

Tabagisme passif risques

RISQUES DU TABAGISME PASSIF : un pneumologue vous informe

Le tabagisme passif présente de nombreux risques. Il est responsable de l’apparition et de l’aggravation de différentes pathologies chez les personnes exposées involontairement à la fumée de cigarettes. Le point sur les connaissances actuelles avec le Dr Anne-Marie Ruppert (Dr A-M R.), pneumologue à l’hôpital Tenon.

Quelles pathologies respiratoires sont favorisées par le tabagisme passif ?

Dr A-M R. : « Ce dont nous sommes certains est que le tabagisme passif majore de 26 % le risque de cancer du poumon chez les non-fumeurs qui y sont exposés sur de très longues périodes, souvent les conjoints de fumeurs.

De plus, un lien dose-réponse a été constaté entre ce risque, le nombre de cigarettes et les années d’exposition à la fumée de tabac. Les profils moléculaires des cancers du poumon chez les non-fumeurs fortement exposés au tabagisme passif sont identiques à ceux des fumeurs alors que dans les cas de cancers du poumon chez les non-fumeurs non-exposés au tabagisme passif on retrouve des mutations oncogéniques différentes comme EGFR et ALK. Le courant secondaire lié à la combustion et le courant tertiaire expiré par le fumeur sont très riches en carcinogènes. Cela explique pourquoi quelqu’un qui est exposé de façon prolongée au tabagisme passif a un risque important de cancer du poumon. Bien sûr, le nombre de cas de cancers du poumon dus au tabagisme passif est faible (1 000 cas par an en France) par rapport aux 48 000 cas de cancers du poumon chez les fumeurs actifs mais cela n’est pas négligeable. »

D’autres maladies respiratoires sont aggravées par le tabagisme passif. Lesquelles ?

Dr A-M R. : « Le tabagisme passif estégalement un facteur de risque d’asthme chez l’enfant et à l’âge adulte. Il est bien démontré que le tabagisme passif favorise et aggrave l’asthme chez les enfants.

Ainsi le tabagisme passif augmente le risque de crise d’asthme de 14 %, de 38 % et de 41 % selon que le père, la mère ou les 2 fument. Il est également un facteur de non-contrôle de l’asthme chez les adultes. Le tabagisme passif majore le risque de dyspnée, de bronchorrhée et d’infections respiratoires hautes. Il joue un rôle dans l’exacerbation de broncho-pneumopathies chroniques obstructives (BPCO).

C’est un facteur aggravant pour toutes les personnes ayant une maladie respiratoire chronique comme les patients atteints de fibrose pulmonaire ou de pneumopathie interstitielle. »

Pourquoi le tabagisme passif entraîne-t-il des symptômes respiratoires ?

Dr A-M R. : « Le tabagisme passif est responsable de toux, de dyspnée et de bronchites lorsque l’exposition est importante. Cela s’explique par le fait que la fumée de tabac est un irritant. Il entraîne une inflammation locale. Une escalade inflammatoire se met alors en route. »

Tabagisme passif, des morts évitables

En France, un million de personnes sont exposées au tabagisme passif et on estime que celui-ci provoque environ 5 000 morts par an. Dans le monde, l’OMS estime qu’un décès lié au tabac sur dix est dû au tabagisme passif.

Plus de 600 000 personnes dans le monde décèdent chaque année du fait d’une exposition au tabagisme passif. En Europe, il a été estimé que le tabagisme passif était à l’origine de 79 000 morts chaque année, dont 72 000 personnes sont victimes de ce tabagisme passif à domicile.

Les risques sanitaires diminuent rapidement dès qu’il n’y a plus d’exposition au tabagisme passif…

L’arrêt du tabagisme dans les lieux publics a un impact sanitaire positif chez les sujets exposés. Il est ainsi bien démontré par de nombreuses études menées dans différents pays que le fait d’arrêter de fumer dans les lieux publics était accompagné d’une diminution du risque de survenue de maladies cardiovasculaires. Une étude allemande datant de 2013 a par exemple montré que l’introduction en 2007 de la loi interdisant de fumer dans les lieux publics avait permis de diminuer de 16 % le nombre d’admission pour infarctus du myocarde. Si l’on considère seulement les non-fumeurs, la baisse a été encore plus significative : une diminution de 26 % a été constatée. Une étude menée en Norvège a montré que cinq mois déjà̀ après l’introduction de l’interdiction de fumer, la sante des employés de la restauration s’était améliorée : les toux matinales n’étaient plus présentes que chez 16 % d’entre eux, contre 21 % auparavant, et les difficultés de respirer avaient diminué de 19 % à 13 %.

Mis à jour le 30 janvier 2019