Quels sont les différents polluants liés au tabac ?

A chaque bouffée inhalée ce sont plus de 4 000 composés toxiques - gaz et particules - qui pénètrent dans l’organisme et ce, quel que soit le mode de consommation :

  • cigarette
  • cigare
  • pipe
  • chicha…

Les voies respiratoires sont en première ligne pour cette toxicité et l’impact du tabagisme sur les pathologies broncho-pulmonaires est scientifiquement démontré.

Parmi ces 4 000 substances chimiques liées à la combustion de la cigarette, plus de 60 sont cancérigènes.

Les principales substances sont :

  1. La nicotine

C’est la substance essentielle de la dépendance au tabac.

L’inhalation d’une bouffée de tabac provoque le passage très rapide de la nicotine dans les bronches puis le sang : elle atteint le cerveau en quelques secondes. Là, elle a la capacité de se fixer sur des récepteurs cellulaires et de provoquer la libération de dopamine, ce qui génère satisfaction, plaisir et activité coupe-faim. Rapidement, en l’absence de nicotine, le fumeur éprouve à l’inverse une sensation de manque, de malaise qui l’incite à recommencer.

La nicotine est également responsable d’accélération du rythme cardiaque et d’augmentation de la pression artérielle, particulièrement lors d’une élévation de concentration brutale (ce qui est le cas lorsque l’on fume).

  1. Le monoxyde de carbone (CO)

Ce gaz toxique produit par certaines combustions (dont celle du tabac) passe dans le sang et se fixe sur les globules rouges. Il y prend la place d’une partie de l’oxygène destiné à l’alimentation des cellules contribuant ainsi à une moindre oxygénation de tout l’organisme. Par manque d’O2, les organes travaillent moins efficacement, la fréquence cardiaque et la pression artificielle augmentent.

  1. Les goudrons (hydrocarbure tels que le benzène)

Ils agressent les muqueuses en contact avec la fumée et, sont à l’origine des cancers broncho-pulmonaires, de la gorge et de la langue. Leur passage en partie dans la salive et le sang et leur élimination par les urines causent également d’autres cancers comme ceux de l’estomac, de la vessie, … plus fréquents chez les fumeurs.

  1. Les irritants comme les phénols, les aldéhydes, l’acroléine…

Ils provoquent l’inflammation des bronches, la destruction des alvéoles pulmonaires et amoindrissent les capacités de résistance des voies respiratoires aux agressions microbiennes. Ils contribuent à la diminution de l’oxygénation de l’organisme et sont à l’origine de maladies telles que bronchite chronique, Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive, insuffisance respiratoire.

  1. Les métaux lourds

Les métaux lourds comme le mercure, le plomb, le chrome sont également irritants et cancérigènes.

Outre ces substances déjà présentes dans la fumée de tabac, des additifs sont ajoutés par les fabricants pour créer des goûts qui attirent de nouveaux consommateurs et pour accroître la dépendance.

 

Quelles sont les conséquences du tabagisme sur la santé ?

De nombreuses pathologies peuvent être liées au tabac :

  1. BPCO (broncho pneumopathie chronique obstructive)

Huit fumeurs sur dix est atteint d’une bronchite chronique (toux et crachats quotidiens). Deux à trois fumeurs sur dix développent une BPCO, le O témoignant d’une obstruction des petites voies aériennes qui provoque un essoufflement progressif qui conduit à une insuffisance respiratoire. La plupart ne le savent pas. Pourquoi ?

Homme qui tousseCar les premiers signes sont presque anodins : « tousser et cracher » sont souvent considérés comme normaux pour les fumeurs. Pourtant, ils sont avant-coureurs d’une bronchite chronique qui se définit ainsi « tousser et cracher un peu chaque matin 3 mois par an et depuis 2 ans ». Ces symptômes masquent la progression sous-jacente de l’obstruction et de l’emphysème qui font de la BPCO un « tueur silencieux ».

Le « traitement » doit inclure l’arrêt du tabac qui, associée à la réadaptation respiratoire, permet de limiter l’évolution de la maladie.

  1. Les cancers du poumon

Les inflammations répétées, les bronches abîmées forment le lit du cancer du poumon. Ce cancer se présente comme un bourgeon. Il commence dans la paroi des bronches et, en grossissant, va boucher la bronche, s’étendre vers le poumon et l’envahir.

L’efficacité des traitements du cancer du poumon (chirurgie, chimiothérapie, radiothérapie, immunothérapie) dépend de la précocité de la découverte du cancer et de son type. C’est le cancer le plus fréquent en France et dont le pronostic reste sévère.

  1. Les autres conséquences du tabac
  • Les maladies vasculaires comme :
    • L’hypertension artérielle.
    • L’angine de poitrine et l’infarctus.
    • Les accidents vasculaires du cerveau.
    • L’artérite des membres inférieurs.
  • Les maladies digestives comme :
    • L’ulcère de l’estomac.
  • L’apparition de cancers comme : celui du larynx, de la langue et du pharynx, de la vessie, de l’œsophage.

 

Comment éviter les risques liés au tabac ?

Arrêter de fumerPour éviter les risques liés au tabac, la meilleure solution est de ne jamais commencer à fumer car la dépendance peut s’installer rapidement et rendre l’arrêt difficile, d’autant que l’on commence jeune.

Si l’on est fumeur, arrêter est toujours bénéfique.

Des aides peuvent être nécessaires pour surmonter les difficultés provoquées par la dépendance physique (à la nicotine) et/ou comportementale : traitements médicamenteux, prise en charge cognitivo comportementale. Il ne faut pas hésiter à avoir recours à l’aide d’un professionnel (médecin, tabacologue, pharmacien) si l’on ne parvient pas à se débarrasser seul de cette habitude.

En France, le combat contre ce fléau s’organise.

Au niveau législatif et réglementaire, la loi Veil de 1976, la loi Evin de 1991 et le décret Bertrand de 2007 marquent des étapes importantes et, depuis 2004, la France fait partie des pays qui ont ratifié la Convention Cadre de la Lutte Anti Tabac (CCLAT) .

Des programmes éducatifs sont menés par les pouvoirs publics et les associations pour informer et convaincre les jeunes afin qu’ils ne commencent pas et ceux qui sont déjà fumeurs afin qu’ils engagent une démarche d’arrêt.

D’importants efforts restent nécessaires pour dénormaliser le tabac en particulier vis-à-vis de la promotion indirecte qui en est faite par exemple par l’industrie cinématographique.

Insistons enfin sur le rôle délétère souvent négligé du tabac sur l’environnement.

 

Liens utiles

 

Mis à jour le

A lire aussi

Image
test
31 mai 2022

Journée Mondiale sans tabac 2022 : information, prévention et interpellation !

Image
Feuilles de tabac en train de sécher au soleil
13 mai 2022

Le tabac : une menace pour nos poumons et notre environnement