e-Cigarette : prudence et vigilance

Contexte

Un nombre conséquent (environ 450 qualifiés de « possibles », à ce jour) de cas d’atteintes pulmonaires graves chez des utilisateurs de cigarette électronique a été récemment signalé aux Etats-Unis, où ces cas font l’objet d’une enquête et de premières préconisations du Center of Disease Control (CDC)i. Au moins 5 de ces cas ont conduit au décès.

Une forte proportion (80%) des patients consommait des liquides contenant de la nicotine et des dérivés de cannabis. Néanmoins la nature exacte des produits qui pourraient être en cause n’est pas connue.

Les symptômes rapportés sont à la fois respiratoires (dyspnée, toux, douleur thoracique en premier lieu), digestifs (nausées, diarrhées, douleurs abdominales) et généraux (fièvre). La quasi-totalité des cas ont été hospitalisés, dont beaucoup en réanimation.

Définition des cas

La définition actuelle des cas qui ont été considérés comme confirmés par le CDC repose sur les critères suivants :

  • Utilisation de la e-cigarette dans les 90 derniers jours
  • Anomalies radiologiques
  • Absence de critères d’infection
  • Absence de diagnostic alternatif plausible

Recommandations du CDC

Les analyses du CDC l’ont conduit à émettre les recommandations suivantes :

  • Les enfants, adolescents, jeunes adultes et femmes enceintes ne doivent pas utiliser de e-cigarettes
  • Les adultes qui n’utilisent pas de produits du tabac ne doivent pas commencer à utiliser les e-cigarettes
  • Il ne faut pas acheter des produits pour e-cigarette dans la rue
  • Il ne faut pas modifier les produits pour e-cigarettes ni leur ajouter quoi que ce soit
  • Les adultes désirant arrêter de fumer doivent utiliser des méthodes validées, incluant le conseil et les médicaments autorisés.
  • Les cas possibles doivent être signalés.

Cas particulier de la e-cigarette utilisée dans un objectif d’aide au sevrage tabagique : message de la Fondation du Souffle et de la SPLF

Le sevrage tabagique est un enjeu absolument majeur chez les fumeurs. La e-cigarette est parfois utilisée comme outil d’aide au sevrage tabagique.

Se pose donc la question de l’attitude face à cette pratique, à la lumière des cas récents de possibles atteintes pulmonaires toxiques graves liées à son usage.

De nombreux toxiques majeurs de la fumée de cigarette (mais pas tous) sont absents des vapeurs produites par les cigarettes électroniques. Des études scientifiquesii ont montré que l’utilisation de la cigarette électronique a des effets biologiques délétères mesurables, donc un potentiel de toxicité réel, mais les conséquences cliniques de ces effets biologiques ne sont pas connues.

Selon les nouvelles données disponibles, les utilisateurs de e-cigarettes ayant présenté aux Etats-Unis des atteintes pulmonaires graves (pneumonies toxiques) étaient majoritairement (80% des cas) des utilisateurs de liquides contenant des dérivés (notamment huileux) de cannabis, et/ou fabriqués ou modifiés artisanalement. Il s’agit donc dans ces cas d’usages détournés de la cigarette électronique, utilisant des produits illégaux.

Les données toxicologiques et épidémiologiques dont nous disposons ne permettent toutefois pas d’écarter un rôle des produits commercialisés dans les circuits de distribution autorisés.

De ce fait, lorsque la e-cigarette est utilisée comme outil d’aide à l’arrêt du tabac, son usage doit se limiter aux personnes en échec de sevrage tabagique par d’autres méthodes, et aux produits dont la vente est autorisée. Il convient d’avertir les patients des incertitudes actuelles sur les risques d’atteintes pulmonaires.

La toxicité de la e-cigarette utilisée dans ces conditions est très inférieure à celle de la cigarette.

Télécharger le communiqué de presse

La Fondation du Souffle la Société de Pneumologie de Langue Française

Contact presse : Frédérique Impennati – 06 81 00 55 86 – fimpennati@impennatiandco.com

i https://www.cdc.gov/tobacco/basic_information/e-cigarettes/severe-lung-disease.html

ii Kaur G et coll. Immunological and toxicological risk assessment of e-cigarettes. Eur Respir Rev 2018; 27