Qu’est-ce que l’asthme ?

L’asthme est une maladie respiratoire chronique hétérogène due à une inflammation permanente des bronches. Il se traduit par une sensibilité excessive des bronches à certaines stimulations telles que le contact allergique, ou infectieux, le froid, le tabac ou encore la pollution atmosphérique. Les crises d’asthme entrainent une gêne respiratoire (essoufflement), une respiration sifflante, une toux sèche ou une sensation d’oppression dans la poitrine. Elles peuvent durer de plusieurs minutes à quelques heures. Entre deux crises, la respiration redevient normale. La fréquence et l’intensité des crises d'asthme varient d’un individu à l’autre.

 

 

Chiffres clés

4
millions d’asthmatiques en France, dont la moitié d’enfants.
900
décès par an

Quelles sont les causes de l’asthme ?

Crise d'asthmeLors de la respiration, l’air circule par les bronches pour arriver aux poumons. Chez une personne asthmatique, la paroi interne de ces conduits (muqueuse bronchique) est irritée et épaissie. Cette inflammation permanente rend les bronches sensibles, sujettes à des réactions excessives en présence de facteurs favorisants. Plusieurs facteurs peuvent favoriser cette hyper-réactivité bronchique : une allergie (acariens, pollens, animaux), une infection (virus, bactéries), le système nerveux (stress, froid), une irritation (tabac, pollution, reflux gastro-œsophagien). En outre, une prédisposition génétique a pu être identifiée. Lors d’une crise d’asthme, le passage de l’air dans les bronches devient difficile à cause de la contraction des muscles autour des bronches, de l’hyper-sécrétion de mucus ou encore d’un œdème de la muqueuse.

 

Comment se fait le diagnostic de l’asthme ?

Aujourd’hui encore, de nombreux asthmes ne sont pas diagnostiqués. Une visite chez son médecin traitant est recommandée en cas de toux sèche persistante, une respiration sifflante, une gêne respiratoire nocturne et/ ou un essoufflement anormal (souvent à l’effort). 

Le diagnostic médical est basé sur :

 

Un interrogatoire :

  • Circonstances de survenue particulière 
  • Terrain allergique, présence d’allergènes
  • Rôle de l’infection et de la pollution 

Un examen clinique :

  • Identification de râles sifflants (sibilants) à l’auscultation du thorax

L’épreuve fonctionnelle respiratoire : 

  • Mesure du souffle et du degré d’obstruction des bronches (ralentissement du souffle à l’expiration) 

Quand le diagnostic est fait, il faut : rechercher une allergie, évaluer la sévérité de l’asthme, rechercher d’autres pathologies associées en particulier ORL.

 

Quels sont les traitements pour lutter contre l’asthme ?

L’ensemble des mesures thérapeutiques doit être indiqué dans un Plan d’Action Personnalisé écrit, expliqué et remis au patient. L’objectif est d’obtenir un contrôle de l’asthme qui peut être évalué par quelques questions simples (cf. docs utiles et tests en ligne). Bronchodilatateur asthme

Le traitement fait appel d’une part à des médicaments :

Il existe deux types de traitement : le traitement de fond (pour empêcher la survenue d’une crise) et le traitement des crises (pour stopper la crise d’asthme).

  • Bronchodilatateurs inhalés de courte durée d’action : traitement de secours de la crise.
  • Corticoïdes inhalés, base du traitement de fond pour contrôler l’inflammation chronique.
  • Bronchodilatateurs longue action, associés aux corticoïdes inhalés si nécessaire.
  • Une autre option est la prise d’une association de corticoïdes inhalés et bronchodilatateur longue durée d’action en traitement de fond et en secours.
  • Dans tous les cas : apprendre à bien utiliser son inhalateur.
  • Corticoïdes par voie orale, réservés aux crises graves et aux exacerbations.
  • Biothérapies : anticorps spécifiques injectables en sous-cutané réservées aux formes sévères.

Mais aussi, une prise en charge non médicamenteuse :

  • Éviction des allergènes et désensibilisation aux allergènes identifiés (médicaments par voie sublinguale pendant environ 3 ans).
  • Activité physique, sport.
  • Kinésithérapie - rééducation.
  • Sevrage tabagique.
  • Éducation thérapeutique du patient (ETP).

Pour en savoir plus, consultez nos brochures d’information – prévention.

Ils témoignent

« Ma fille de 11 ans est asthmatique dit sévère. Elle est sous corticoïdes, Singulair, Ventoline, depuis ses 3 ans. Elle vit comme les autres enfants. Elle pratique du sport, mais sous surveillance. Elle a sa sacoche de médicaments de secours en permanence sur elle, grâce au PAI (Projet d’Accueil Individualisé) instauré dans les écoles par le gouvernement. C’est un protocole délivré par le médecin traitant, signé par l’enseignant, le directeur d’établissement, les parents, et le médecin scolaire. Ce PAI permet un meilleur confort à l’enfant, car il peut avoir ses médicaments à l’école, ce qui évite le recours aux pompiers ! Il peut aussi accéder à la cantine, malgré ses allergies alimentaires. Ma fille est une enfant épanouie, qui assume sa maladie. Bien sûr il a fallu un temps d’adaptation pour tout le monde, mais une fois que cela est fait, tout va bien. »
Juliette
42 ans

Liens utiles

A lire aussi

Image
Visuel
10 novembre 2022

Lancement de notre campagne digitale d’appel au don de fin d’année

Image
Pollution air extérieur couché de soleil cheminées usines
12 août 2022

« En France, les maladies allergiques respiratoires toucheront 50 % de la population en 2050 »

Image
Logo Collecte gaïa
9 décembre 2021

La Fondation du Souffle relance la « collecte Gaïa », première démarche de récupération des inhalateurs usagers