Qu’est-ce que le cannabis ?

drogues-joint-cannabisLe cannabis est une plante. Son principe actif est le Tétrahydrocannabinol (THC) inscrit sur la liste des stupéfiants. Le THC est une substance psychoactive, elle agit sur le système nerveux central.

Il se présente sous forme « d’herbe » (mélange de feuilles, de tiges et de fleurs séchées), de résine (obtenue en pressant les fleurs), de pollen, de concentrés (huile, cire, cristal, pâte).

La fumée de cannabis contient les mêmes substances toxiques et cancérigènes (goudrons) pour les poumons que ceux du tabac.

Selon le type de préparation, l'origine de la plante et sa variété, les modalités de consommation, la concentration en THC à laquelle est exposé l’utilisateur est très variable et les effets plus ou moins importants. Ainsi, par exemple, la toxicité de l'huile, qui peut contenir 60% de THC, est particulièrement élevée.

 

Quels sont les effets du cannabis sur la santé ?

Fumer du cannabis provoque une irritation bronchique, une dilatation des vaisseaux sanguins, une augmentation de l’appétit, une accélération du rythme du pouls, une diminution de la sécrétion salivaire, parfois des nausées, autant de réactions dont l’importance varie selon la personne, la quantité consommée et la concentration du produit. Des hallucinations, surtout visuelles, peuvent aussi se produire et les composés mélangés peuvent également provoquer des troubles qui s’ajoutent à ceux du cannabis lui-même.

En outre, la consommation de cannabis entraîne fatigue, toux, affaiblissement des défenses immunitaires. Une consommation régulière accroit les risques de troubles de la santé mentale. Le cannabis modifie en les diminuant, les capacités de mémoire immédiate et de concentration chez les consommateurs, ainsi que certains reflexes et temps de réaction.

Comme tout produit fumé ou inhalé, le cannabis est toxique pour les voies respiratoires. C’est la première cause de pneumothorax chez le jeune. C’est aussi la survenue des mêmes pathologies que celles causées par le tabac : bronchite chronique, emphysème, aggravation de l'asthme, cancers (du poumon en particulier). Elles apparaissent chez les fumeurs quotidiens dès 30 ans, dix ans plus tôt que chez les consommateurs de tabac. Un joint contient en effet quatre à cinq fois plus de goudron et de produits toxiques qu’une cigarette. Certaines huiles de THC inhalées par vapotage peuvent conduire à des pneumonies mortelles. Les réactions au cannabis sont variables d’une personne à l’autre et d’une fois à l’autre.

 

Comment éviter les risques liés au cannabis ?

Toute consommation expose à des risques. La meilleure prévention est d’éviter complètement la consommation de cannabis et de produits dérivés.

consultation médecinFaire le point en consultation sur sa consommation de cannabis est essentiel pour se faire aider. Le médecin généraliste a une place privilégiée pour repérer un usage problématique.

Les médecins interrogent pourtant trop peu les patients sur leur consommation :

  • 92,2% des patients pour le tabac,
  • 71,7% pour l’alcool et 28,7% pour le cannabis.

Lorsque l’évaluation est faite, des objectifs raisonnables peuvent être définis et un suivi envisagé2 . Consommation non problématique : proposer un arrêt juste pour voir si c’est possible puis rester à disposition. Consommation problématique : proposer des objectifs gradués, avec adressage spécifique si besoin. L’intervention brève permet d’amorcer une prise en charge en consultation. Elle permet d'aborder plusieurs axes :

  • Reformulation avec le consommateur de sa consommation de cannabis et de ses répercussions sur Responsabiliser le consommateur et le positionner dans sa capacité au changement.
  • Donner des conseils sur sa consommation et ses risques somatiques, psychiatriques, professionnels, législatifs,...
  • Le patient établit le contrat de changement.
  • User d’empathie pendant la consultation, sans jugement ni moralisation.
  • Renforcer le sentiment de succès.

 

Que dit la loi sur le cannabis en France ?

La loi française interdit la production, la détention, la vente et l’usage de stupéfiants. Aujourd’hui un taux de THC jusqu’à 0,2% est autorisé dans certains produits. Des expérimentions ont été initiées sur l’usage thérapeutique du cannabis.

 

Liens utiles