Infections respiratoires chez l'enfant

Quelles sont les infections respiratoires chez l’enfant ?

L'enfant et le nourrisson peuvent présenter des infections respiratoires, plus fréquemment que les adultes car leur système immunitaire n’est pas encore mature. De plus, le développement de leur appareil respiratoire est incomplet et ne sera achevé qu’à partir de l’âge de 7 ans. Les infections, qui favorisent l'inflammation et la sécrétion de mucus, se manifestent par des difficultés respiratoires parfois spectaculaires. La plupart de ces maladies sont bénignes, même si elles peuvent être source d'inquiétude pour les parents.

Les infections respiratoires les plus fréquentes chez l'enfant sont :

  • La bronchiolite du nourrisson : elle désigne un épisode de gêne respiratoire causé par une infection virale chez les nourrissons de moins de 12 mois. Elle commence par une rhinite puis se poursuit avec des signes respiratoires : toux, sifflements ou crépitants entendus à l’auscultation pouvant être associés à des signes de lutte respiratoire. Une infection par le virus respiratoire syncitial (VRS) en est une des principales causes.
  • Les pneumonies de l’enfant : elles peuvent être d’origine virale ou bactérienne mais les pneumonies virales sont les plus courantes. Les pneumonies bactériennes sont plus redoutées car elles peuvent être sévères et compliquées. Les virus les plus courants sont le Virus Respiratoire Syncytial (VRS), le virus de la grippe qui peut occasionner des pneumonies virales sévères. Les bactéries les plus souvent à l’origine des pneumonies de l’enfant sont le pneumocoque, le streptocoque et les mycoplasmes.

 

Chiffres clés

30%
des nourrissons sont touchés chaque année par une bronchiolite.
30%
des enfants de moins de 2 ans sont touchés chaque année par le Virus Respiratoire Syncytial.

Quelles sont les causes des infections respiratoires chez l’enfant ?

tabagisme passif enfantLes facteurs de risque favorisant les infections respiratoires chez l’enfant sont notamment le tabagisme passif (dès la grossesse) et la pollution de l’air.

Le tabagisme passif est responsable d’une augmentation des cas d’asthme et d’une aggravation de l’asthme de l’enfant exposé. Chez les jeunes enfants, l’exposition à la fumée de tabac expose à une augmentation du risque d’infection des voies aériennes inferieures (bronchite, pneumonie), et à une irritation des voies respiratoires supérieures, avec des rhino-pharyngites.

De plus, certains nourrissons sont plus à risque de faire une forme sévère de bronchiolite :

  • les nourrissons de moins de 2 mois d’âge corrigé (âge que l'enfant aurait s'il était né à terme)
  • les prématurés nés à moins de 36 semaines d’aménorrhée
  • les bébés qui ont des maladies associées (comorbidités) : cardiopathie congénitale avec shunt, pathologie pulmonaire chronique dont dysplasie broncho-pulmonaire, déficit immunitaire, pathologie neuromusculaire, polyhandicap.

 

Comment se fait le diagnostic des infections respiratoires chez l’enfant ? 

Il existe plusieurs signes d’alerte d’une infection respiratoire chez l’enfant. Consultez un médecin si vous observez que :

  • le bébé a un comportement inhabituel, il est plus fatigué que d’habitude, geint de façon intermittente lorsque sa respiration est plus rapide,
  • sa fréquence respiratoire est augmentée : cela creuse son thorax (le tirage),
  • il boit moins bien : 3 repas consécutifs avec moins de 50 % des apports habituels (le bébé a du mal à manger car respirer lui demande trop d’effort)

Lorsque l’enfant présente une fièvre plus ou moins bien tolérée, une tachypnée (respiration très rapide) et des signes de lutte respiratoire, un examen de l’enfant par le médecin est primordial. D’autres examens comme une radiographie pulmonaire permettront de préciser le diagnostic.

 

Quels sont les traitements pour lutter contre les des infections respiratoires chez l’enfant ?

Le traitement de la bronchiolite du nourrisson consiste essentiellement à traiter les symptômes :

  • laver le nez avec du sérum physiologique ou un mouche-bébé afin de les désencombrer
  • veiller à faire baisser la fièvre si elle est mal tolérée

oxygène enfantLe traitement de la pneumonie diffère selon que celle-ci soit virale ou bactérienne. Si la pneumonie est d’origine virale, le traitement consiste à faire baisser la fièvre, à administrer de l’oxygène si besoin en hospitalisant l’enfant. Lorsque la pneumonie est bactérienne, un traitement antibiotique est mis en place pendant 10 à 14 jours.

Rappelons que le respect des gestes barrières est indispensable pour protéger les enfants des infections respiratoires virales, tout comme le maintien d’un calendrier vaccinal à jour (pneumocoque, Haemophilus influenzae).

 

Liens utiles

 

Tests en ligne