Cancers du poumon

Quels sont les différents types de cancer du poumon ?

Les cancers du poumon qui prennent leur origine dans le poumon sont appelés cancers pulmonaires primitifs.

Parmi ces cancers primitifs, et en fonction des cellules à partir desquelles ils se développent, on distingue deux types de cancers du poumon :

  • Les cancers du poumon à petites cellules, qui représentent 15 à 20% des cancers broncho-pulmonaires primitifs et pour lesquels il y a eu peu de progrès thérapeutiques ces 30 dernières années.
  • Les cancers du poumon non à petites cellules, les plus fréquents des cancers du poumon avec 80 à 85 % des cas. Dans ce type de cancer, il existe des sous-types avec un certain nombre d’altérations moléculaires qui peuvent donner lieu à des thérapies ciblées, révolution thérapeutique de ces dernières années avec l’immunothérapie.

Les cancers pulmonaires peuvent être secondaires, c’est-à-dire dûs à des métastases provenant de cancers du rein, du côlon, du sein, de la prostate, de l’ovaire, de la peau...

 

Chiffres clés

1re
cause de mortalité par cancer
33
mille décès par an en 2018

Quelles sont les causes du cancer du poumon ?

clinique scan cancersLe tabagisme est la première cause de cancer du poumon. Le tabagisme passif est également en cause, qu’il ait lieu dans l’enfance, l’adolescence ou à l’âge adulte.

Le risque de cancer est d’autant plus élevé que le tabagisme a débuté tôt, la durée du tabagisme est grande, le nombre de cigarettes consommées est important.

Chez les non-fumeurs, le risque d’apparition d’un cancer du poumon, quoique faible, est augmenté par des expositions diverses, à l’amiante, au radon, à des carcinogènes domestiques (cuisson au feu de bois dans les lieux mal ventilés), à la pollution. 

 

Comment diagnostiquer un cancer du poumon ?

Les symptômes sont multiples mais souvent initialement mineurs ou banaux.

Les principaux signes d’alerte sont :

  • Une toux persistante différente de celle que connaît bien le fumeur,
  • L’apparition de crachats sanglants (hémoptysie),
  • La survenue d’infections respiratoires récidivantes ou répondant mal au traitement,
  • Un essoufflement anormal,
  • Une douleur dans la poitrine,
  • Une douleur inexpliquée au niveau du cou, de l’épaule ou du bras,
  • Une modification de la voix,
  • Un amaigrissement inexpliqué, une fatigue, une altération de l’état général.

Tous ces signes ne sont pas spécifiques au cancer. Ils doivent cependant amener à réaliser : 

  • Un examen clinique 
  • La recherche d’un tabagisme actif ou passif, ou d’une exposition à un autre carcinogène. Une BPCO (bronchopneumopathie chronique obstructive) est également un facteur de risque de cancer pulmonaire. 
  • Des examens complémentaires : radiographies, scanners, endoscopie bronchique, spirométrie (étude du souffle), examens sanguins.

 

Quels sont les traitements pour un cancer du poumon ?

Traitement cancersIl existe plusieurs approches dans le traitement du cancer du poumon, qui peuvent être utilisées seules ou en combinaison. 

Dans tous les cas, l’arrêt du tabac est bénéfique pour le succès du traitement. 

  • La chirurgie

Elle est réservée aux formes sans métastase, ce qui renforce la nécessité d’un diagnostic précoce et d’un bilan d’extension. L’état de santé cardiaque et respiratoire du patient doit permettre la chirurgie, ce qui n’est pas toujours le cas chez les fumeurs.

  • La radiothérapie

Ce traitement consiste à soumettre la tumeur, les ganglions atteints, parfois les métastases, à l’action de rayonnements. 

  • La chimiothérapie

Cette technique consiste à administrer des médicaments anticancéreux (seul ou en association) par cures répétées, à des intervalles réguliers. Elle peut être prescrite pour des patients avec une maladie localisée ou étendue (métastatique). 

  • Les thérapies ciblées

Ces traitements sont dirigés contre certaines mutations tumorales. 

  • L’immunothérapie

Cette technique innovante, issue de recherches récentes, tient une place de plus en plus importante dans le traitement des cancers du poumon. Elle consiste à modifier l’environnement des cellules cancéreuses pour les rendre à nouveau sensibles aux défenses immunitaires de l’organisme. Elle peut être prescrite seule ou en association à la chimiothérapie.

 

Les patients témoignent

J’ai eu un cancer des poumons non à petites cellules avec une métastase au cerveau. Je n’avais aucun symptôme à part la fatigue et une perte de poids. C’est la métastase qui m’a « sauvé » car elle comprimait certains nerfs et j’avais de forts maux de tête, je n’arrivais plus à parler, ma vue baissait terriblement… On a découvert ainsi ma tumeur au poumon. Mon cancer n’était pas opérable. On m’a fait de la chimiothérapie et de la radiothérapie. Cela a été très dur, mais je me suis battu et je suis en rémission depuis le 7 juillet 2008. Je fais un scanner de contrôle tous les trois mois
Jean-François
57 ans

En octobre 2005 on m’a décelé un cancer du poumon droit. J’étais un grand fumeur. J’ai subi une pneumonectomie. Après 27 jours d’hospitalisation, à ma sortie je n’ai plus eu envie de fumer. Mon message aux fumeurs : arrêtez tout de suite, n’attendez pas qu’une catastrophe vous arrive…
Serge
62 ans

J’ai perdu ma mère d’un cancer du poumon il y a deux ans. Elle n’avait que 57 ans. Elle avait arrêté de fumer cinq ans avant l’annonce de sa maladie, mais elle avait fumé pendant 35 ans. Quand je lis que de plus de femmes ont un cancer du poumon, ça me fait vraiment mal. J’essaie d’informer les gens autour de moi, de les avertir, mais c’est difficile
Marion
32 ans

Il y a 6 ans, alors que je venais d’être grand-mère pour la première fois, le ciel m’est tombé sur la tête. Mon médecin m’avait fait passer des examens car j’avais une bronchite chronique…Et j’ai appris que j’avais un cancer du poumon. Je fumais depuis l’adolescence, aussi je me suis sentie coupable, j’ai eu honte, en plus d’avoir très peur de ne pas voir grandir mon petit-fils. J’ai arrêté de fumer très vite, moi qui n’avais jamais réussi à le faire. Les traitements se sont enchaînés : chimiothérapie, intervention chirurgicale à avec ablation d’une partie du poumon, puis radiothérapie. Je suis en rémission, heureuse d’être en vie, mais je vis dans la grande crainte d’une rechute
Nathalie
59 ans (Annecy)

Retrouvez le témoignage de Catherine, patiente atteinte d'un cancer du poumon

Liens utiles

 

Tests en ligne

A lire aussi

Image
Logo de la journée mondiale du poumon 2022
19 septembre 2022

Journée Mondiale du Poumon, retrouvez-nous le 24 septembre !

Image
test
31 mai 2022

Journée Mondiale sans tabac 2022 : information, prévention et interpellation !

Image
Feuilles de tabac en train de sécher au soleil
13 mai 2022

Le tabac : une menace pour nos poumons et notre environnement