La Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive atteint les adultes de plus de 40 ans et sa fréquence augmente avec l’âge.

La BPCO est la cinquième cause de mortalité dans le monde

LA BPCO vient après l’infarctus, les accidents vasculaires cérébraux, les infections respiratoires communautaires et la tuberculose. La mortalité par BPCO a augmenté de 47% entre 1979 et 1993 aux Etats-Unis et a doublé chez la femme entre 1980 et 1995 au Canada. La BPCO est en augmentation constante depuis 20 ans avec plus de 44 millions de malades dans le monde, soit 4 à 10% de la population adulte (Source : Ministère de la Santé, juillet 2005). L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) estime à 2,74 millions le nombre de morts dus à la BPCO en 2000 dans le monde. Pire, elle prévoit qu’en 2020, cette affection sera la troisième cause de mortalité par maladie dans le monde en raison du tabagisme, notamment celui des femmes.

En France, la BPCO concerne 3 à 3,5 millions de personnes

Ce chiffre correspond à 6-8% de la population adulte. Parmi celles-ci, 100 000 sont au stade de l’insuffisance respiratoire chronique. 16 000 en meurent chaque année (Source : Ministère de la Santé, juillet 2005). Le taux de mortalité par BPCO était en 2006 de 41/100 000 chez l’homme et 17/100 000 chez la femme, dans la population de plus de 45 ans, avec une tendance à l’égalisation progressive entre les deux sexes au fil des années (aux Etats-Unis, les taux masculin et féminin sont maintenant les mêmes). La maladie est responsable de 100 000 hospitalisations d’une durée moyenne de 8 jours. 200 000 personnes sont prises en charge en affection de longue durée pour insuffisance respiratoire chronique grave ou BPCO sévère (Fuhrman, Rev Mal Respir 2010).

En 1993, 20% des patients atteints de BPCO étaient des femmes. Aujourd’hui, elles représentent 40 à 45% des malades. Cela s’explique par le fait que les femmes sont de plus en plus nombreuses à fumer. Actuellement, 30% des Françaises fument. Plus des 2/3, voire les 3/4 des malades souffrants de BPCO ne se savent pas atteints par cette maladie et ne bénéficient donc pas des traitements qui pourraient améliorer leur vie quotidienne !


Mis à jour le 3 avril 2017