Allergies respiratoires

Qu’est-ce qu’une allergie respiratoire ?

L’allergie est classée quatrième maladie chronique mondiale d’après l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé). En 2050, elle estime que la moitié de la population mondiale en souffrira. Si elles ne sont pas prises en charge, les allergies peuvent avoir un impact important sur la vie au quotidien.

L’allergie respiratoire est une réaction immunitaire excessive liée à l’inhalation de certains allergènes contenus dans l’air que nous respirons. Les signes de l’allergie sont : larmoiements, éternuements, nez bouché, sécrétion de mucus… La rhinite allergique et l’asthme allergique sont les deux formes principales d’allergies respiratoires.

Les allergies sont pour partie héréditaires. Si nos deux parents sont allergiques, la probabilité d’être à notre tour allergique est de 50 à 80%. 

Les principaux allergènes respiratoires se situent en intérieur, et polluants et allergènes ont souvent un effet combiné sur les affections respiratoire. Or, l’environnement intérieur est 5 à 10 fois plus pollué qu’à l’extérieur.

Les principales causes d’allergies respiratoires sont :

Acariens

  • les acariens, à l’origine de 75% des allergies respiratoires
  • le pollen, et plus précisément les pollens de graminées
  • les animaux (poils, déjections), troisième cause des allergies respiratoires
     

Chiffres clés

25%
de la population générale est concernée par la rhinite allergique
70 %
des asthmes allergiques sont associés à une allergie aux acariens

Quelles sont les principaux allergènes respiratoires en cause ?

  • Les pollens

Les grains de pollens sont libérés par les végétaux pendant les périodes de floraison et sont diffusés par les insectes ou le vent. Ils sont notamment responsables de manifestations allergiques ponctuelles qui reviennent chaque année (en particulier au printemps) : les rhinites saisonnières. Les graminées, l’ambroisie, le cyprès et le bouleau sont parmi les pollens les plus allergisants.

  • Poussière et acariens

Les acariens se nichent dans la poussière qui circule très facilement dans toute la maison. Ce ne sont pas les acariens eux-mêmes qui sont à l’origine de la réaction allergique mais leurs dépouilles et leurs déjections.

On les retrouve dans tous les objets et matériaux textiles comme la literie (matelas, sommiers, oreillers, couettes et couvertures), les canapés, les rideaux, les peluches, les tapis, les moquettes...

  • Les animaux domestiques

Aspirateurs contre les poils d'animauxPlusieurs animaux sont identifiés comme producteurs d’allergènes : les chats, les chiens (plutôt à poils longs), les chevaux, les rongeurs.

Les allergènes sont contenus :

o   Principalement sur la peau, dans les poils et la salive,

o   Parfois dans les urines, larmes et squames (pellicules),

o   Majoritairement dans les urines pour les rongeurs (lapin, souris, rat, hamster, cobaye...).

 

 

Comment se fait le diagnostic d’une allergie respiratoire ?  

Les symptômes des rhinites allergiques sont : 

  • Démangeaisons au niveau du nez et du palais (prurit)
  • Perte d’odorat (anosmie)
  • Nez qui coule (rhinorrhée)
  • Eternuements
  • Nez bouché (obstruction)
  • Yeux rouges et gonflés, le larmoiement (conjonctivite souvent associée à la rhinite),

Les signes de l’asthme sont :

  • Difficultés respiratoires
  • Sifflement lié au rétrécissement des bronches
  • Sensation d’oppression dans la poitrine accompagnée d’une toux irritative et d’un sentiment d’anxiété.

Dès les premiers symptômes évocateurs d’allergie respiratoire, il faut consulter un médecin qui va évaluer l’éventuelle origine allergique de la pathologie et chercher à analyser l’allergène responsable.

Cela est confirmé par :

  • des questions ciblées,
  • des tests cutanés,
  • éventuellement, une prise de sang avec dosage d’anticorps.

 

Quels sont les traitements pour lutter contre les allergies respiratoires ? 

La prise en charge des allergies respiratoires comporte principalement 3 volets :

  1. L’éviction allergénique lorsque cela est possible. Lorsqu’un allergène particulier peut être identifié comme la cause des symptômes, la stratégie préventive idéale est en effet l’évitement, mais cela n’est pas toujours possible.
  2. Le soulagement immédiat des symptômes : la prise d’antihistaminiques et dans les cas sévères de corticoïdes permet de diminuer les symptômes.
  3. Le traitement du terrain allergique : l’immunothérapie allergénique ou spécifique (désensibilisation)

Liens utiles

Tests en ligne

A lire aussi

Image
Pollution air extérieur couché de soleil cheminées usines
12 août 2022

« En France, les maladies allergiques respiratoires toucheront 50 % de la population en 2050 »